TABLEAUX FINAL FEDERALE 1
SUR RUGBYFEDERAL.COM
     
  FCAG  

 

Doubrère et Jelonch sélectionnés
 
  FCAG  

 

Toutes nos Félicitations au Groupe, bravo à tous !
DEMI FINALE DES CRABOS - Clic pour les photos 
Dimanche 24 mai 2015 à 14h00, à BRAM 
CRABOS FCA  6 - 10 MHRC
 
 

 

  logo chambery copie  
26-SOC RUGBY / FC Auch Gers-21
 Auch: 1 2E Eberland (47), Estériola (72) ; 1T (72), 2P (4, 14), 1D (79) Griffoul
 SOC : 3E Silago (44), Pongi (64), Kutil (80+10) ; 1T (44), 3P (21, 40, 53) Silago
         Résultats des Quarts  Retour - Fédérale 1
  FCAG  

  FCAG  
Soirée PARTENAIRES
 
du jeudi 2 avril
 

 

 

     

Focus sur Romain HOLLET

La Dépêche

 

 

 

Bandrockpart1415 copie 

 

 

 

  • RESULTATS DES DEMI F1

  • Doubrère / Jelonch

  • 1/2 FINALE CRABOS : FCAG Vs MONTPELLIER

  • Dernier résultat quart Retour

  • Soirée PARTENAIRES

  • FOCUS JOUEUR

  • Partenaires Officiels

SO Chambéry Vs FC Auch Gers-Quart Retour

FCAG - TV

Petite mue au FCAG

FCAG

Petite mue au FCAG

La nouvelle équipe dirigeante met en place une organisation collégiale pour améliorer la structuration du club.

 

Publié le 13/06/2015 à 03h45, modifié le par Kevin leroy -  Le SUD-OUEST

La nouvelle équipe va notamment faire appel à une société de conseil en marketing et communication.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Deux semaines après le départ de Gilles Courbebaisse, la nouvelle équipe dirigeante auscitaine a pris le temps de la réflexion avant de présenter son mode de fonctionnement hier matin au stade Jacques-Fouroux.

Comme annoncé (« Sud Ouest » du 28 mai), c'est Clément Langlois qui assurera désormais la présidence de la section professionnelle, laissant ainsi son fauteuil de président du conseil de surveillance à Christophe Dartus. Partenaire majeur du FCAG, celui-ci s'est d'ailleurs chargé de résumer la philosophie de cette nouvelle équipe : « C'est une idée de partage, on n'est que de passage, on ne veut pas s'approprier le club. C'est une équipe de copains qui l'a repris pour relever le défi de la remontée en Pro D2 », explique-t-il.

Pour cela c'est donc une organisation collégiale qui a été mise en place, avec trois commissions aux missions bien définies : Gérard Bouttier sera chargé des finances et de la partie administrative ; Bernard Laffitte de la recherche de partenaires et de la communication ; Pierre Campo de la partie sportive.

Dans un environnement de plus en plus concurrentiel et professionnel, même en Fédérale 1, le but est de faire passer un cap à un club qui doit servir de locomotive à l'ensemble du rugby gersois. « Nous sommes tous issus du monde de l'entreprise, rappelle Pierre Campo. L'objectif est d'abord de structurer le club de façon plus professionnelle et de mieux communiquer. On ne va rien inventer mais on s'est mis au travail de façon rigoureuse. »

Est-ce à dire que ce n'était pas le cas auparavant ? Toujours est-il que quelques nouveautés ont été annoncées, comme le recours à une société de conseil en marketing et communication. « Elle doit nous aider à développer nos produits, et notamment le réceptif les jours de match, espère Bernard Laffitte. La saison dernière, le partenariat s'est élevé à 700 000 euros, au même niveau qu'en Pro D2. Les partenaires nous ont fait confiance, on veut leur rendre », poursuit l'ancien président de la SASP.

Un budget de 2M d'euros

Un club de partenaires nommé « Gers Ovalie », ouvert à tous et destiné à se réunir régulièrement autour d'événements spéciaux va également être développé. En attendant que tout ceci porte ses fruits, le FCAG repartira la saison prochaine avec un budget prévisionnel aux alentours de 2 millions d'euros, chiffre qui englobe à la fois l'association et la SASP.

« On a fait un effort sur le sportif pour se renforcer là où on en avait besoin et atteindre l'objectif de la remontée », résume Clément Langlois. Sur le long terme, le projet sportif reste le même, axé sur la formation et des relations étroites avec les autres clubs du département. « On sort d'une saison qui était difficile mais qui a porté ses fruits, avec la mise en place d'un effectif de qualité, souligne Pierre Campo. Le bilan est positif, on a des acquis : joueurs, staff, dirigeants, tout le monde a appris sur ce qu'est la Fédérale 1. On aura un groupe compétitif et l'ambition de monter, on ne s'en cache pas, mais on va travailler avec humilité. »

Sur le papier le projet semble cohérent. Reste qu'il en va des dirigeants comme des joueurs : au final c'est sur leurs résultats qu'ils sont jugés.

Encore 2 recrues pour le FCAG

 

 Andrew WELLsourrouille

Publié le 03/06/2015 à 03:49, Mis à jour le 03/06/2015 à 07:52 -  La Dépêche du Midi

Le FC Auch-Gers poursuit son recrutement en vue de sa deuxième saison en Fédérale 1.

Hier, le manager Roland Pujo a annoncé la signature de deux joueurs qui renforceront la ligne de trois-quarts : Le centre Aurélien Sourrouille (30 ans) arrive de Blagnac dont il était le capitaine. Auparavant, Aurélien Sourrouille avait joué sous le maillot du Stade Montois et de Valence-d'Agen.
L'autre recrue arrive des Antipodes : Andrew Wells, un Néo-Zélandais de 22 ans, portait les couleurs de Wellington. Arrière ou ailier, bonne pioche , il s'agit bien du profil polyvalent qu'avaient ciblé les dirigeants auscitains et qui jouait déjà ... en rouge

Changement à la tête du FCAG PRO

 langlois dartus

«Hier au siège du club, Clément Langlois nouveau président du directoire de la SASP (à droite) aux côtés de Christophe Dartus » Photo DDM

Publié le 28/05/2015 à 03:48, Mis à jour le 28/05/2015 à 07:42. - La Dépêche    A LIRE AUSSI DANS LE SUD-OUEST          

Hier soir le conseil de surveillance de la section anonyme sportive professionnelle (SASP) du FCAG a entériné la démission pour raisons personnelles et professionnelles de son président Gilles Courbebaisse. Elle prendra effet ce 31 mai . Gilles Courbebaisse est remplacé à ce poste par Clément Langlois, chef d‘entreprise bien connu qui a été élu à l'unanimité des huit des douze membres présents. Un autre entrepreneur en vue, Christophe Dartus lui succède à la présidence du conseil de surveillance. Ces deux hommes étaient déjà très investis de longue date dans la gouvernance de la SASP. En dépit de l'échec de l'équipe 1 qui n'a pu faire remonter immédiatement le FCAG en Pro D2 après sa défaite à Chambéry, la section professionnelle est maintenue et se réorganise pour tenter d'atteindre cet objectif dès la fin de la saison prochaine. A l'issue de la réunion d'hier soir, les dirigeants de la section pro n'ont pas fait de commentaires en attendant la tenue très prochaine d'une conférence de presse où la nouvelle équipe dirigeante au complet sera présentée.

« Un scénario horrible »

  ZAB5743

« Les Auscitains ont manqué de réalisme offensif dimanches » Photo J. ZABALA

Publié le 19/05/2015 à 03h49 , modifié le par kevin leroy- SUD-OUEST                A lire aussi : Dupouy à Pau

On dit qu'il vaut mieux avoir des remords que des regrets. Des remords, M. Blondel, l'arbitre de ce quart de finale retour entre Chambéry et Auch en a peut-être quelques-uns, lui qui a laissé jouer dix minutes d'arrêts de jeu finalement fatals au FCAG. Pour les regrets, c'était donc vers les Auscitains qu'il fallait se tourner hier matin.

Rentrés de Savoie au milieu de la nuit (3 heures), la plupart d'entre eux ont eu du mal à trouver le sommeil. « J'ai ressassé un peu tout ça dans ma tête », souffle ainsi Roland Pujo. Tout ça, c'est cette qualification pour les demi-finales qui tendait les bras au FCAG, avant ces interminables arrêts de jeu et l'essai chambérien signifiant la fin des rêves gersois.

« On a un peu le sentiment de s'être fait voler, regrette Mikaël Lacroix. On avait mis les ingrédients, on avait fait le boulot, on tenait la qualification du bout des doigts et nous la reprendre comme ça, c'est très dur. C'est un scénario horrible », confie le seconde ligne, qui a encore un peu de mal à réaliser que la saison auscitaine s'est terminée en eau de boudin dimanche.

« Je suis démoralisé »

« C'est dur à avaler, ça fait très mal à la tête, poursuit-il. Comme on se l'est dit avec Julien Sarraute, on a un peu le même sentiment qu'en fin de saison dernière. Je suis un peu démoralisé… » Le goût amer de la défaite est d'autant plus marqué dans les bouches auscitaines que staff et joueurs sont conscients qu'ils avaient les moyens de faire beaucoup mieux lors de ces phases finales. « On a le sentiment d'avoir loupé quelque chose de grand. A Chambéry on a les occasions de tuer le match, on doit être largement devant à la mi-temps, peste Roland Pujo. Il y avait vraiment la place de passer, c'est ce qui fait mal. »

Le manager auscitain et ses hommes ne feront pas d'ailleurs pas l'économie d'une vraie remise en question après cette élimination prématurée. On pourra notamment s'interroger sur quelques choix de stratégie, d'hommes et de coaching au match aller. Malgré la victoire (24-21), il restera paradoxalement comme le grand échec de ces phases finales. Alors qu'ils avaient pris l'ascendant psychologique grâce à leur mêlée en deuxième mi-temps, les Auscitains n'ont pas su enfoncer le clou, encaissant au contraire huit points évitables en toute fin de match. « Si on bascule à +11 avant le retour… Ces cinq dernières minutes à l'aller nous font mal, elles nous coûtent la saison », résume Mikaël Lacroix.

L'échec de dimanche vient en tout cas la conclure sur une impression négative. Celle-ci mérite cependant d'être nuancée. Face à Chambéry, le FCAG alignait seulement cinq titulaires qui l'étaient la saison dernière. Cela résume bien l'ampleur du chantier de reconstruction que le club auscitain a dû mener cette saison. Avec un recrutement judicieux et la promotion de nombreux jeunes talents, il a été globalement mené à bien, même si finalement ce groupe a manqué d'un peu d'expérience et de talent offensif pour aller au bout de son rêve.

Dynamique réenclenchée

« On peut se reprocher des choses, mais on peut être fiers de notre saison. On a retrouvé un état d'esprit et on a réussi à refaire venir les gens au stade, ce qui n'était pas gagné », rappelle Mikaël Lacroix. « Il y a de la frustration, mais le bilan est largement satisfaisant. Après la descente on a su réenclencher une dynamique dans l'ensemble du club, comme le montre bien le parcours des Crabos en championnat de France », se réjouit Roland Pujo.

Le manager auscitain sait toutefois qu'il a du pain sur la planche pour préparer le prochain exercice. Car après une saison de transition escortée d'une certaine mansuétude, le FCAG ne pourra plus se cacher derrière l'excuse de la reconstruction la saison prochaine. C'est bel et bien la remontée en Pro D2 qui lui sera demandé

 

Pujo : «Il faut garder ce groupe à Auch»

 DSC 1431

« Roland Pujo a des ambitions pour ses joueurs » Photo Thierry COUTENS

Recueilli par L.-L. D. - La Dépêche -  Clic ! "Vraiment cruel pour le FC Auch Gers"

Manquer la demi-finale à la neuvième minute des arrêts de jeu doit laisser beaucoup de regrets ?

 Oui, le scénario est vraiment cruel. On avait fait le plus dur à Chambéry et puis l'arbitre a laissé beaucoup de temps. C'est le genre de décision sur laquelle on ne peut pas influer. Comme le fait de rendre une dernière possession à nos adversaires alors qu'à la vidéo cela semble discutable. On aurait pu avoir une pénalité...

Ensuite, les regrets viennent surtout du fait qu'on a manqué de réalisme, notamment au cours d'une première période qu'on domine, mais où on tourne à 6-6 alors qu'on a trois occasions franches de marquer, mais on n'arrive pas à concrétiser. Dans l'ensemble, on a manqué de lucidité près des lignes. On a eu le tort de ne pas se mettre à l'abri plus tôt.
Au final, on perd par notre incapacité à gérer les fins de matches. C'est la rançon d'une équipe jeune, en construction. C'est très frustrant. On a encore du travail pour être plus tueurs. Il faudra être plus fort l'an prochain.
 
Cet avenir s'inscrit comment ?
On va encore rester ensemble quinze jours. Puis nous allons tenter de conserver le groupe dans sa majorité, en le renforçant (1). Pour l'instant, seuls nos deux jeunes internationaux Gautier Doubrère et Pierre Dupouy nous quittent (NDLR le premier part à Bordeaux-Bègles, le second à Pau).
 
Et puis la formule du championnat de Fédérale 1 va changer ?
En effet. Désormais, les clubs qui souhaitent monter en ProD2 devront se conformer à un cahier des charges strict, tant sur le plan sportif qu'administratif et financier. Il n'y aura que six équipes appelées à jouer les phases finales. Les six mieux classés, avec les deux premiers directement qualifiés pour les demi-finales aller-retour.
 
Quel sera votre objectif ?
Ce sera de terminer dans les deux premiers pour jouer la montée sur deux matches.
(1) Pour l'instant, le deuxième ligne irlandais de Cognac, Dean Moore, et le demi de mêlée d'Agen, Pierre Ferrary, ont donné leur accord.

Eberland : « Je ne comprends pas »

 SOCAL0660

« On s’est mis dans la merde tout seuls. » Photo Thierry COUTENS

«Eberland : « Je ne comprends pas » Clic + : Auch a des arguments - La Dépêche

 

L’ailier auscitain a du mal à avaler les dix minutes d’arrêts de jeu, mais avoue que le FCAG a commis des erreurs.

Maxime Eberland peut au moins avoir la satisfaction de ne pas avoir grand-chose à se reprocher lors de ces phases finales. En pleine forme en cette fin de saison, l'ailier auscitain a encore inscrit un essai hier après-midi, comme ce fut déjà le cas à l'aller face à Chambéry. Cela n'a donc pas suffi pour le FCAG, éliminé pour seulement deux petits points sur l'ensemble des deux manches.


« Sud Ouest ». Cette élimination au bout du suspense est très cruelle ?

Maxime Eberland. Oui très. Surtout, faire jouer plus de neuf minutes d'arrêts de jeu, je ne comprends pas comment c'est possible à ce niveau. Sinon, on s'est mis dans la merde tout seuls. Moi le premier sur une erreur défensive sur une mêlée dans leurs 22 qui nous coûte le premier essai. À chaque fois qu'ils ont marqué, c'était sur des erreurs individuelles. J'espère que cela va nous faire grandir pour revenir plus fort la saison prochaine.

Que vous a-t-il manqué pour poursuivre la route dans ces phases finales ?

Notre équipe est encore brute. À nous de façonner tout cela. Je le dis depuis le début de la saison, il y a un potentiel exceptionnel dans cette équipe et l'avenir nous appartient. Si on était monté en Pro D2, cela n'aurait pas été un exploit. Voila, on s'arrête en quarts de finale, mais l'année prochaine faites-nous confiance on sera au rendez-vous.

Qu'avez-vous pensé de cette équipe de Chambéry ?

C'est une très belle équipe avec beaucoup d'étrangers qui vont jouer en Pro D2 la saison prochaine. Leur victoire est méritée par rapport à leurs individualités performantes. Maintenant, je crois que collectivement on était meilleurs. C'est d'autant plus rageant.

Que se passe-t-il sur la dernière action qui amène l'essai victorieux du SOC ?

C'est une somme de petits détails qui à haut niveau se payent cash. Sur cette dernière offensive chambérienne, on a défendu à 14 contre 15 puisque Paul Guffroy blessé peu avant, n'a pu être remplacé. On a manqué d'expérience peut-être. Vous savez, l'effectif a été changé à 80 % en début de saison avec une moyenne d'âge de 23 ans. Cela va nous servir dans l'apprentissage.

Personnellement, serez-vous toujours Auscitain la saison prochaine ?

C'est bien parti pour et j'avoue que je désire réellement rester au FCAG. J'ai envie de continuer cette aventure humaine et sportive.

Recueilli par David Morin

 

Escribano : «Le FCAG ne lâchera rien»

SOCAL0103 

Eric Escribano & Julien SARRAUTEsurveille leurs joueurs.

«Escribano : «Le FCAG ne lâchera rien» Clic + : Auch a des arguments - La Dépêche

Frustrés de n'avoir pas pu l'emporter avec un écart plus important, les Auscitains joueront leur chance à fond dimanche prochain, à Chambéry, pour arracher leur qualification.

«Cela donne de la frustration car on est à +11. On est dans l'élan pour aller chercher un +18 et après ça se retourne. Ils nous ont endormis comme des cadets». L'ouvreur auscitain, Anthony Lagardère a résumé le sentiment général présidant à la fin de ce quart de finale aller, dimanche, en fin d'après midi, au stade Fouroux.

Vainqueur de Chambéry 24 à 21, les partenaires de Jérémy Boyadjis auront tout de même eu la satisfaction de tordre leurs adversaires en mêlée au cours du deuxième acte, la rentrée du pilier n'y étant pas pour rien, même si l'homme fait preuve d'humilité : «Cela s'est bien passé pour moi. J'ai eu la chance de jouer. Je l'ai bien prise. Maintenant il faut encore s'améliorer dans le déplacement, pour ma part».

Cette performance de la tortue gasconne n'est pas passée inaperçu, comme en a témoigné le président savoyard, Yves Garçon : «On a pris l'eau en mêlée car Auch en a une redoutable et de ce fait nous avons eu du mal en seconde période. Mais on aurait signé de suite avant le match pour repartir avec seulement trois points de retard».

Le patron chambérien se souvient, sans doute, qu'au tour précédent, son club s'était incliné 16-19 à Tyrosse avant de laminer les Landais au retour (57-16). Une hypothèse que réfute catégoriquement le deuxième ligne auscitain Mickaël Lacroix : «J'espère qu'on ne va pas regretter ces cinq dernières minutes qui ne sont pas à l'image de notre saison. On n'a pas lâché. On a perdu à domicile face à Aix. On s'était promis qu'on allait gagner là-bas et on l'a fait. On sait que cette équipe de Chambéry on peut la battre là-bas. Il faut se servir des 37 minutes de la seconde mi-temps et gommer ces fautes de cohésion à la fin. Ils vont s'attendre à faire la même chose que contre Tyrosse mais je peux vous garantir qu'on ne prendra pas 60 points là-bas et en mettant une pièce, je vous dis qu'on va se qualifier».

De toute façon le FCAG n'a plus le choix, comme le dit l'entraîneur adjoint, Julien Sarraute : «Il n'y a plus aucune gestion à avoir. On se déplacera à Chambéry avec l'intention d‘élever notre niveau de jeu pour avoir l'ambition d'aller chercher la victoire. A nous de nous donner les moyens de nos ambitions».

Des moyens auxquels croit son compère Eric Escribano : «Au retour ce sera quinze hommes contre quinze hommes et même s'il y a tout un peuple de Chambéry derrière eux, on se battra avec nos armes. On est Gersois et on ne lâchera rien».

Déplacement des supporters
Le club de supporters du FCAG, «Un pour tous, tous pour XV», organise le déplacement en bus pour assister au quart de finale retour de Fédérale 1 à Chambéry, qui aura lieu dimanche 17 mai. Pour tous ceux qui le souhaitent : rendez-vous la veille, samedi 16 mai, à 8 h 45 derrière le parking du Mouzon. Départ du bus à 9 heures précises (prévoir pique-nique). Le tarif proposé est de 50 euros pour le bus et de 25 euros pour l'hôtel et le petit-déjeuner, (il ne comprend pas les repas). Réservations avant le jeudi 14 mai sur le portable de l'association au 06 78 04 50 34.

La Dépêche du Midi

FC Auch : des erreurs à gommer contre Chambéry

 SOCAL0344

Lagardère, Kalo et leurs coéquipiers devront rester appliqués jusqu’au bout dimanche.

«FC Auch : des erreurs à gommer contre Chambéry»

Clic+ "FC Auch-Gers : les compteurs à zéro"

Publié le 15/05/2015 à 03h49 , modifié le 15/05/2015 à 11h12 par Kevin Leroy.

Les Auscitains ont manqué de maîtrise et de concentration à l’aller, deux données qui seront essentielles pour se qualifier dans un environnement hostile dimanche .

Cela étant les Auscitains savent que leur avance au coup d'envoi dimanche n'en est pas vraiment une et qu'il leur faudra sûrement réussir l'exploit de s'imposer à Chambéry pour que leur saison ne s'arrête pas dimanche.

Au vu de la première manche (24-21) dans le Gers, ils en ont les moyens, l'écart entre les deux formations semble tout compte fait assez minime. À la seule force de sa mêlée ou presque, le FCAG aurait d'ailleurs pu quasiment se mettre à l'abri dès dimanche dernier…

« On aurait pu creuser un écart plus conséquent, c'est clair, confirme Roland Pujo après avoir décortiqué le match aller à la vidéo. Mais on a manqué de lucidité et de maîtrise dans les cinq dernières minutes. » Une poignée de secondes qui ont vu son équipe encaisser 8 points sur un essai casquette et un hors-jeu évitable.

Sur le plan du jeu, le FCAG donne de sérieux gages de solidité depuis le début de l'année 2015, avec une seule défaite au compteur, lors d'un match sans enjeu à Graulhet où les Auscitains pensaient surtout à éviter blessures et cartons. Et si finalement, c'était dans leur sang-froid et leur capacité à jouer à leur vrai niveau que leur destin se jouera dimanche ?

« Ne pas paniquer »

« Je pense qu'on a les armes pour gagner là-bas, ce n'est pas insurmontable, mais il faudra que l'on gomme nos erreurs des cinq dernières minutes et que l'on ne panique pas, prévient le manager auscitain. Mais les joueurs sont revanchards, ils savent qu'ils peuvent gagner à l'extérieur, comme ils l'ont fait à Aix, Limoges ou Oloron. Le terrain fera la même taille pour tout le monde et on sera 15 de chaque côté. Le contexte on s'en fout, ce qui compte c'est l'envie et la détermination pour aller en demi-finale. »

Mais pour ce match retour qui risque de s'apparenter autant à un combat de boxe qu'à une partie d'échecs, Chambéry partira peut-être avec un petit avantage : une expérience et un vécu commun infiniment supérieurs. Championne de France de Fédérale 2 il y a deux ans, l'équipe savoyarde dégage une vraie force collective tout en étant débarrassée de toute pression. En face, Auch comptera de nombreux joueurs qui évoluaient encore en Espoirs ou en Crabos la saison dernière…

« Bien sûr que les jeunes peuvent manquer d'expérience, admet Roland Pujo, la plupart découvrent ce niveau. Mais ils ont aussi les qualités de leurs défauts. L'expérience c'est bien, mais l'enthousiasme, l'envie, la capacité à se transcender, ça compte aussi. »

Pour cette jeune équipe en progrès constants depuis le début de saison, le moment est donc venu de franchir encore une marche supplémentaire.

FCAG : trois choses à savoir sur Chambéry…

 LimRet008

Les Auscitains peuvent se préparer, ils sont en quart de finale. Photo T. COUTENS

FCAG : trois choses à savoir sur Chambéry… SUD-OUEST

 Rugby XV - Amateurs - Fédérale 1. Publié le 28/04/2015 à 04h50

Fort de son double succès sur Limoges, le FCAG a acquis le droit de disputer les quarts de finale face à Chambéry. Avant le match aller dans le Gers le samedi 9 mai, voici quelques petites choses à savoir sur le futur adversaire des hommes de Roland Pujo.


Un club en pleine ascension Pensionnaire de la première division jusqu'aux années 80, le SO Chambéry a ensuite reculé dans la hiérarchie pour se fondre dans le milieu amateurs. Son regain de forme est récent, puisque le club a été sacré champion de France de Fédérale 2 en 2013, avant d'enchaîner par un maintien tranquille l'an dernier (6e de sa poule de Fédérale 1). Cette saison est celle du décollage, avec une première place de poule, puis l'élimination de Tyrosse en huitième de finale, grâce notamment à un gros match retour dimanche (57-16). un coach lié à fouroux Chambéry peut s'appuyer sur un entraîneur d'une immense expérience, Michel Ringeval, qui était l'entraîneur de Grenoble en 1993 avec Jacques Fouroux quand les fameux « Mammouths » avaient atteint la finale du championnat de France. Âgé de 70 ans, il a fait grandir le club depuis son arrivée en Savoie en 2008. du très lourd devant Il faut sûrement y voir l'influence de Michel Ringeval : Chambéry s'appuie d'abord sur un paquet d'avants conquérant pour construire ses succès. « On s'est fait broyer dans les phases de conquête », constatait dimanche le capitaine de Tyrosse Paul Dubert. Le FCAG est prévenu…

Roland Pujo : «Devoir accompli pour Auch»

 FCAG LIMOGES 25-04-2015 8 FINALE RETOUR-189

Les Auscitains peuvent se congratuler, ils sont en quart de finale.Photo J. ZABALA

«Devoir accompli pour Auch». A LIRE AUSSI : Auch veut voir plus loin

 Rugby XV - Amateurs - Fédérale 1. Huitième de finale retour. Auch 30- Limoges 12 (aller, 31-21 pour Auch)
Publié le 27/04/2015 à 07:49- LA DEPECHE

Sous le soleil du stade Fouroux, l'élimination de Limoges par un implacable FC Auch Gers (1) a réchauffé les cœurs, dans les gradins et sur la pelouse. Mais chaque acteur a voulu garder la tête froide.

Roland Pujo (manager) : «Oui, nous avons le sentiment du devoir accompli, avec la satisfaction de prendre le score d'entrée. Nous repartions à 0-0 et, à la sortie, nous marquons 30 points. On s'est appuyés sur une mêlée dominatrice qui nous a bien fait rentrer dans le match et qui nous a procuré des pénalités. Et ensuite, physiquement, on a bien marqué l'adversaire et la défense a bien fonctionné. Après, on peut voir que, sur le plan offensif, tout n'a pas fonctionné malgré nos trois essais, je pense que l'on peut faire beaucoup mieux.»

Frédéric Medves (capitaine) : «Nous sommes satisfaits, nous avons mis les choses dans l'ordre, nous avons su scorer dès le début, on a pris les points parce qu'on les a mis à la faute. On a gagné ce match sur la mêlée, sur notre défense et l'engagement. La touche n'a pas été correcte et il va falloir corriger cela car, si on ajoute cette corde à notre arc, on aura encore plus d'armes avec les trois-quarts qui font le boulot. Nous sommes satisfaits. Il faut continuer comme ça et être surtout plus constant sur nos matchs.»

Matthew Ford (demi d'ouverture) : «C'était bizarre, on ne savait pas à quoi s'attendre vu les remaniements de l'équipe par rapport au match aller. Mais c'est plus grâce à nos avants que l'on rentre bien dans le match, même si on a été défaillants en touche. Mais la mêlée a donné le ton au match. La première mi-temps a été mitigée, on ne joue pas trop, la deuxième un peu plus. Nous avons été approximatifs par moments, mais à la fin il y a une bonne victoire. Sur mon essai, avant je tentais souvent ce genre de choses, ce n'était pas bien, maintenant j'attends le bon moment et, quand je réussis, c'est parfait.»

Sylvain Abadie (pilier) : «On avait à cœur, devant nos supporters, de faire un match complet, et je pense que nous y sommes arrivés. Bien sûr, il a quelques imperfections encore et il faut travailler ces détails, le contenu y est, mais il faut encore progresser. On a un cap à franchir. On peut faire encore mieux. En mêlée, ça s'est très bien passé, tout comme au match aller.»

Maxime Eberland (ailier) : «L'essentiel est fait. La qualification est là. On a marqué et on a tenu bon en défense. En seconde mi-temps on s'est un peu relâchés, c'est humain, on tenait le score, mais ce n'est quand même pas normal. Si on veut aller jusqu'au bout, il va falloir être plus rigoureux. On va se remettre au boulot. On a deux semaines pour préparer ce quart de finale avec un groupe qui est exceptionnel cette année, avec des joueurs possédant de belles qualités. Il y a une alchimie qui opère et pourquoi pas se mettre à rêver ?»

Gautier Doubrère (demi de mêlée) : «C'est une belle performance, on a mis 30 points. On s'est dit avant le match qu'il ne fallait rien lâcher et repartir à 0- 0. Il fallait leur montrer qu'on n'était pas là pour gérer notre avance mais plutôt pour jouer et gagner ce match, que c'est mission accomplie, et maintenant on passe en quart et on verra bien dans quinze jours, mais nous emmagasinons de la confiance et c'est bien.»

Eric Escribano (co-entraîneur) : «On est satisfaits sur la mêlée qui nous a mis dans l'avancée et nous a fait marquer des points, Limoges voulait nous prendre sur ce secteur, nous avons répondu présents et fait du bon boulot. Le point noir fut en touche où on n'a pas trouvé de solutions, ce qui nous a empêchés de lancer notre jeu et de mettre du mouvement. Les garçons se sont affolés dans ce domaine alors que les solutions y étaient. Mais nous avons gagné et nous allons savourer d'abord, en sachant ensuite qu'il y a un quart à préparer.»

(1) Le FCAG recevra Chambéry dans quinze jours, pour le compte du quart de finale aller.
Auch 30-Limoges 12

MT : 16-0. 3 800 spectateurs. Arbitre : M. Masse (Côte d'azur)

Pour Auch : 3 E de pénalisation (40+3), Medvès (42), Ford (60), 3 T (40+3, 42, 60), 3 P (7, 9, 12) Griffoul.

Pour Limoges : 2 E Dubois (51), Fenner (75), 1 T (51) Fenner.

Evolution du score : 3-0, 6-0, 9-0, 16-0, 23-0, 23-7, 30-7, 30-12.

AUCH : Griffoul (Dupouy, 62) ; Kalo, Lagardère, André, Eberland (Kitutu, 74) (o) Ford (m) G. Doubrère (Verdier, 65) ; Naïkadawa (Touton, 68), Dastugue, Medvès (cap.) ; Blondin, Lacroix (Arif, 65) ; Lomidze (Moretto, 42), Hollet (Estériola, 52), Abadie (Rocca, 68).

Buteur : Griffoul (3/5 P, 3/3 T).

LIMOGES : Atayi, Taofifenua, Gervais (cap) (Rifleu, 30, Leite 47), Dubois, Moulinjeune (o) Fenner, (m) Faltrept ; Samba, Biscay, Fierro (Chaouca, 24) ; Samisoni, Fabrègue ; Martins, Pautard (Viozelange, 25), Pétin (Pradeau, 60).

Buteur : Fenner (1/2 T).

Carton blanc : Samba (40+1)

La note du match : 12/20.

L'homme du match : Matthew Ford (Auch)

Teaser SOC Vs FCAG Quart RETOUR

Le teaser SOC Vs FCAG

TEASER SOC

FCAG Vs SOC Quart Aller : La vidéo

 

"LA BANDE ANNONCE"

Photo bande QUART2 copie

Stages d'été du FCAG - Inscription à télécharger

Stages d'été du FCAG  Inscription

Clique pour télécharger !

Stage photo

Les interviews du week-end

L'interview de Roland PUJO

    Instantan - 6

L'interview d'Antho LAGARDERE

  Instantan - 5

 L'interview de Mickaël LACROIX

  Instantan - 4

BOUTIQUE FCAG

A NOS COULEURS !

Affiche ouverture boutique

Planning Equipe 1

 DSC5817-001 Consultez le planning d'entrainement de la semaine

Les matchs en direct

logo-hitfm-32

Pour écouter la retransmission
du match en live
cliquez sur ce lien

Soutien à Alexandre Barozzi

Une vente aux enchères de maillots est organisée afin de lever des fonds pour soutenir Alexandre. 

Plus d'infos

Si vous souhaitez vous inscrire sur internet, vous pouvez le faire
  en cliquant sur ce lien et en remplissant le formulaire en ligne : 

     

 

                                                                                                                                        Stage photo