logo-upt Le club de supporters officiel du FCAG, un pour tous, tous pour xv, organise le dernier déplacement en bus de la phase de poule à GRAULHET. Départ du bus à 10h00 DIMANCHE 12 AVRIL 2015 , derrière le parking du Mouzon. Nous déjeunerons tous ensemble à GRAULHET avant d’encourager les deux équipes du FCAG.Merci de prévoir votre pique-nique. Venez nombreux en rouge et blanc pour jouer le 16ème homme. Tarif du bus : 15 euros pour les adhérents, 20 euros pour les non-adhérents.
 Réservations avant jeudi soir 9 avril sur le portable de l’association au
06 78 04 50 34. Tous ensemble pour le FCAG avec UPT.
  scgraulhet DETOUR   
    Le dimanche 12 AVRIL 2015 au Stade Noël Pélissou
       Championnat de France Fédérale 1- J 18
SC Graulhet Vs FCAG à 15h00
Nationale B à 13h30
Prochaine journée J.18 : PROCHJ18

 

FCAG 

 

 

 

 

  FCAG   
FCAG 23 - 6 Stade Bagnèrais
Auch : 3 E Verdier (10e), Eberland (35e, 58e) 1 T (58e) Ford, 2 P (4e, 18e) Lagardère. Pour le SB : 2 P (32e, 40e) Bats.
 La Nationale B perd 10 - 18 contre le SB 
Tous les résultats de la 15éme journée : Féd1 - NatB
  Logo Stade Bagnerais  
     

Foucus sur Clémént ESTERIOLA

SUD-OUEST

 

 

 

Bandrockpart1415 copie 

 

 

 

  • J18-Déplacement des supporters à Blagnac

  • Prochain match Prochaine journée 18

  • Dernier résultat J15

  • FOCUS JOUEUR

  • Partenaires Officiels

FC Auch Gers Vs Stade Bagnèrais-J.15

Vidéos FCAG

Programme & résultats-Avec les jeunes du FCAG

 VICTOIRE A LA ROCHELLE

 Programme & résultats des équipes de l'association :

Avec les jeunes du FC Auch Gers

Crabos : Tyrosse 16-FCAG 18.

Dans cette rencontre contre une équipe de queue de classement, les Crabos ont failli se faire surprendre en fournissant une prestation de faible qualité. Menant 11-6 après un essai de Dimitri Saint-Pé qui s'est blessé en marquant, l'équipe a eu un gros passage à vide, la défense s'est effondrée, et le groupe concède 2 essais qui ont permis aux adversaires de mener 16-11.

Tout semblait perdu quand, sur un dernier élan, ces jeunes ont réussi à enchaîner plus de 3 minutes de jeu pour enfin marquer par Nicolas Sarrade, brillamment transformé par Paul Graou. Les phases finales approchent à grands pas, il faut arrêter de jouer par réaction. Dernier gros rendez-vous avant cette échéance chez le leader agenais.

Cadets : Bègles 41-FCAG 8.

Le match contre les leaders béglais s'annonçait des plus compliqués : il le fut. On peut tout de même affirmer que le score (41 à 8) est beaucoup trop lourd et ne reflète pas la physionomie de la partie. Les jeunes Auscitains n'ont jamais baissé les bras mais face à des Bordelais au fort potentiel physique.

Tournoi à l'hippodrome

Lutins : Excellent comportement des lutins ! Ils ne sont que 10 licenciés, ils étaient tous présents comme à la plupart des entraînements. Ils ont marqué beaucoup d'essais et se sont régalés comme leurs adversaires du LSC (2 équipes) et de l'Astarac. Nathanaël et Dorian, pour qui c'était le premier tournoi, se sont bien débrouillés !

Les poussins 2e année terminent leur série de tournoi Armagnac-Bigorre invaincus avec 3 victoires face à Lombez, Astarac et l'URBR. Les garçons ont vraiment compris quelles étaient les priorités à ce jeu : gagner le ballon, avancer et marquer.

Minimes : Ils recevaient leurs homologues de Quint-Fonsegrives et de Valence-d'Agen, au bourrec. Malgré une défaite 7 à 0 contre le premier et un match nul, 7 à 7, on note une attitude combative et une nette progression dans l'animation offensive.

Programme du week-end :

Samedi : cadets Alamercery et Gaudermen contre Brive, au terrain du Bourrec, à 14 heures et à 15 h 30. Féminines - de 18 ans, tournoi à l'hippodrome à 14 heures. Crabos, déplacement à Agen (match à 16 heures). Ecole de rugby minimes et benjamins, tournoi à Séméac et Laloubère. Minimes (équipe II), tournoi à Launaguet.

Dimanche : les féminines + de 18 ans se déplacent à Menditte.

Bonne semaine à tous !

"L’embarras du choix"

Agde 011

Verdier monte en puissance à la mêlée, mais devra faire avec le retour de Salobert. Photo archives T.C

"L’embarras du choix" Publié le 16/03/2015 à 06h00 , modifié le 16/03/2015 à 04h51 par Kevin leroy

Invaincu en 2015, meilleure défense de Fédérale 1, le FCAG arrivera lancé pour les phases finales. Reste au staff à trancher dans un effectif quasiment au complet.

La démonstration réussie devant Agde attendait confirmation face à une meilleure opposition. Bagnères devrait bien jouer les phases finales, mais n'avait pas les moyens d'inquiéter ce FCAG-là, et les Auscitains auraient facilement pu faire gonfler la note bigourdane d'un ou deux essais supplémentaires avec un peu plus d'application.

Cette étourderie n'a pas empêché les partenaires de Frédéric Medvès d'enchaîner un sixième succès de rang en 2015. Battu trois fois avant la trêve, parfois fébrile et inconstant, le FCAG a clairement changé de visage et réussi sa montée en puissance. D'une somme d'individualités a émergé un vrai collectif, comme en témoignent les progrès en défense et sur toutes les phases de conquête.
Auch en a donc fini avec la première partie de sa saison et c'est désormais vers les phases finales qui débuteront dans un mois que tous les regards sont tournés. Le décor est planté : le FCAG pourra s'appuyer sur une mêlée dominatrice, la meilleure défense de Fédérale 1 et s'attachera à développer un jeu de mouvement en attaque. La seule interrogation qui demeure est de savoir quels hommes animeront ce canevas.
Après avoir brassé large depuis le début de la saison, en impliquant de nombreux jeunes, l'heure des choix va se profiler pour le staff auscitain. « Mais je préfère ça que l'inverse », sourit Roland Pujo. Où seront-ils les plus compliqués ? D'abord chez les piliers. Si Abadie sera partant certain, à droite ou à gauche, Boyadjis, Rocca et Lomidze ont prouvé ces dernières semaines qu'ils pouvaient mériter un fauteuil de titulaire. Le coaching, toujours très important à ce poste, limitera toutefois la portée des choix du staff.
« On fera tourner »
Cela sera plus délicat derrière, où la polyvalence de nombreux joueurs va sérieusement compliquer la donne. Quelles sont les certitudes ? Doubrère jouera derrière la mêlée, Thierry au centre et Kalo sur une aile. Ford et Griffoul seront également sur le terrain, mais à quel s postes ? Si le premier joue ouvreur, le second sera positionné à l'arrière. L'autre configuration est celle de samedi, avec Lagardère ouvreur, Ford arrière, Griffoul pouvant alors passer à l'aile. Mais les choses se compliquent quand on sait que Lagardère peut aussi jouer centre… Au final il y aura donc deux places pour quatre hommes : Lagardère, André, Eberland et Pimienta.
Devant ce sera plus simple, Naikadawa, Dastugue et Medvès étant bien installés en troisième ligne, tout comme Lacroix en seconde, qui devrait recevoir le renfort de Guffroy. Sachant que Touton, Arif et Blondin seraient mieux que des choix par défaut… Bref ça sent le casse-tête, même si Roland Pujo a déjà son idée sur la façon de le résoudre.
« Même en phase finale on fera tourner parce que les matchs seront intenses et que le facteur physique sera important, souligne le manager auscitain. Je l'ai déjà dit aux joueurs : cela ne se résumera pas à 23, il faudra aussi tenir compte de la forme du moment et de choix tactiques vis-à-vis de l'adversaire. » Auch a plusieurs cordes à son arc, et cela ne sera pas de trop pour atteindre la fine prestation.

"FCAG : une bonne dose de confiance»

 Agde 124

Anthony Lagardère a réalisé une bonne prestationa. Photo archives T.C

"FCAG : une bonne dose de confiance» Publié le 16/03/2015 à 08:16 - La Dépêche

Après le dernier match de poule au Moulias, pour le FCAG, l'envie de vite retrouver cette équipe en phase fiale s'invite instantanément. Face à Bagnères (un peu comme face à Agde), le bonus offensif est venu récompenser une bonne prestation des joueurs gersois.


Impériaux en touche, ils ont relevé le pari de la mêlée face au gros point fort bigourdan. Sur ce thème, l'arbitrage de M.Bruyère ne laissera d'ailleurs pas insensible les Pyrénéens. Alors, certes, tout n'a pas été parfait côté gersois, mais cette partition sous courant alternatif peut également s'expliquer par le fait que le bonus ait été décroché rapidement, tout comme le fait que hormis s'assurer la deuxième place du groupe (la cinquième nationale) les enjeux étaient moindres pour les hommes de Roland Pujo. «Le match aurait pu être meilleur mais il y a cette sensation du bonus, explique le manager auscitain. Le match a été décousu. On a été beaucoup sanctionné sur le jeu au sol et j'ai trouvé l'arbitrage un peu permissif pour les Bagnérais sur le jeu au sol où ils nous ont retardés toutes les sorties. On sait qu'ils avaient une grosse mêlée et qu'ils mettaient l'accent là-dessus et nous nous étions préparés en conséquence. On a dominé la conquête et en mêlée le décompte des pénalités parle. On a dominé la
touche où nos contres ont bien fonctionné. Après je regrette que toutes ces conquêtes n'aient pas toujours été bien utilisées. On aurait pu scorer davantage mais le match a été haché et saccadé même si globalement c'est positif car il y a trois essais de belle facture et que nous prenons le bonus offensif.»

Côté Bagnères, cette défaite ne changera pas la donne et les protégés de Marc Dantin iront chercher leur qualification lors de la réception d'Oloron. Malgré tout, sur cette rencontre à Auch, quelques regrets souffriront comme ce maul entré de cinq mètres dans l'en-but auscitain en début de seconde période pour une mêlée à cinq, ou bien l'essai de pénalité qui aurait pu être conséquent de l'en-avant volontaire de Ford. Des choses à dire bigourdanes certes mais qui ne remettront jamais en cause le succès gersois pour un FCAG qui aura su gérer son derby sans réelle inquiétude. Désormais, les Medvès et consorts vont avoir une semaine de récupération avec tout de même un programme physique avant de rentrer dans la préparation et l'affûtage des phases finales.
Avant de se frotter en 8e vraisemblablement à Limoges (19 avril), le FCAG jouera son dernier match de championnat le 12 avril à Graulhet avec l'envie de ne pas fausser le championnat et une opposition est aussi évoquée le vendredi 3 face au LSC.

En attendant, après avoir envoyé un premier message à la Fédérale 1 avec le succès à Aix, les Gersois ont envoyé une deuxième onde à Jacques Fouroux. Cette équipe-là est facilement capable d'empocher les cinq points.

Auch 23 - bagnères-de-Bigorre 6

MT : 16-6; 1.800 spectateurs; arbitre : M.Bruyere (Pays de Loire).

Vainqueurs : 3 E Verdier (10e), Eberland (35e, 58e) 1 T (58e) Ford, 2 P (4e, 18e) Lagardère.
Vaincus : 2 P (32e, 40e) Bats .

Evolution du score : 3-0, 8-0, 11-0, 11-3, 16-3, 16-6 (MT) 23-6,

AUCH : Ford ; Kunro, Thierry, Andre (Dupouy 63e), Eberland (Kitutu 70e) (o) Lagardere (m) Verdier (Hueber 75e) ; Naidakawa, Dastugue (Touton 59e), Medves (cap) ; Arif (Blondin 41e), Lacroix ; Boyadjis (Moretto 50e) Esteriola (Hollet 59e), Rocca (Abadie 54e). Exclu. tempo. : Boyadjis (Carton jaune, 40e, antijeu), Ford (carton jaune, 45e, en-avant volontaire),

BAGNERES DE BIGORRE : Manse ; Jourdan, Puigmal, Forgues (Dubarry 54e), Vignes (o) Bats (Brua 67e) (m) Arnaune (Labarthe 51e) ; Ghmez, Cazorla, Geledan ; Bonan, Viau (Cossu 36e) ; Szabo (Saayman 33e), Junca (cap) (Dupuy 33e) Fabre (Simon 33e).Exclu. tempo. : Puigmal (12e Carton jaune, placage sans ballon), Bonan (19e, carton jaune, placage haut)

La note du match : 13/20.  L'homme du match : Maxime Eberland (FC Auch Gers)                 D. B.-S.

Interview de Roland PUJO (par Damien DUFFAU HIT-FM32)

 Instantan -29

XV - Championnat de France de Fédérale 1, 15ème journée. Clique sur la photo

Interview de Roland PUJO (par Damien DUFFAU HIT-FM32)
FC Auch Vs Stade Bagnérais - Le 14 mars 2015 à Auch.

Eberland comme du bon vin

 FCAG-SAM418

Maxime Eberland a trouvé le juste équilibre à Auch. Photo archives T.C

 "Eberland comme du bon vin !" Par f.jans dans le SUD-OUEST 

Sommelier, employé d’une cave auscitaine, le trois-quarts centre se construit dans le temps, comme un bon millésime.

Lui qui passe une majeure partie de son temps au milieu de grands crus, n'est pourtant pas un joueur du terroir. Ce qui n'a pas empêché Maxime Eberland, depuis son arrivée en 2011, de parfaitement s'adapter au climat gersois. Il a réussi un subtil assemblage mêlant ses deux passions, le rugby et le vin, pour, après légère maturation, délivrer son meilleur millésime sous le maillot rouge.

Auteur de trois essais depuis le début du championnat, titulaire régulier à l'aile, le natif de Lorraine s'épanouit en s'appuyant sur de solides racines. Formé dans le petit club de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), Maxime Eberland a usé ses shorts et crampons sur le bord des terrains dès son plus jeune âge, pour supporter son père, joueur à Metz « à la grande époque du rugby lorrain », précise-t-il. Jean Eberland évoluait notamment au côté d'un autre papa : celui d'un certain Morgan Parra. Chacun suivra le sillon ainsi tracé. Maxime Eberland intègre, en sport étude, le centre régional de Lorraine. L'année suivante, il rejoint le pôle espoir de Dijon. Il n'y accomplit pas la totalité de son cursus, préférant répondre aux sirènes montpelliéraines qui lui font les yeux doux. Il intègre le centre de formation pour un bilan mitigé au final, même s'il ne nourrit aucun regret : « Il n'y avait que le rugby pour moi à ce moment-là. Quand un club comme Montpellier vous offre une opportunité, il est difficile de refuser. »

Pluriactif par excellence Maxime Eberland n'est pas du genre à ruminer. Ni à perdre son temps. Qualité prééminente, le jeune homme est bosseur. À Montpellier, il obtient un BTS technico-commercial option vin. Sa première année à Auch, il passe sa licence en management commercial. L'an dernier, il est devenu sommelier. Travaillant à la Cave de Louise, sous l'œil bienveillant de son patron Laurent Chevalier, il supporte à la perfection le terme pluriactif, qui colle depuis toujours à de nombreux joueurs passés par le FCAG avant lui. « C'est un privilège de pouvoir vivre ses deux passions. Tant que j'y arriverai, je continuerai. » Quitte à sacrifier ses quelques plages de repos. Au quotidien, ses journées sont partagées entre le rugby et son travail. Pas de place pour la sieste et les parties de console avec ses coéquipiers : « Cela nécessite une hygiène de vie assez stricte », admet-il.

Mais à 24 ans, Maxime Eberland a de l'énergie à revendre. Alors que ses partenaires seront en congés, du 21 au 28 mars, lui s'envolera pour Hong Kong afin de prendre part à un tournoi de rugby tens, réputé comme le plus relevé du monde, sous le maillot de Pyrénées Rugby.

Poursuivre avec Auch.

En choisissant minutieusement ses cépages, mais en n'hésitant pas à tenter des expériences, le trois-quarts se construit doucement. Pour l'avenir, rien n'est encore décidé. Sous contrat jusqu'au mois de juin avec le FCAG, il goûte avec joie les conditions qui lui permettent d'éclore cette année : « La dernière saison a été très difficile à vivre, tant d'un point de vue sportif qu'humain. J'avais décidé de partir. Mais c'était avant de découvrir Roland Pujo et son discours. Avec lui, nous avons été champion de France Espoirs. Sa philosophie, les propositions qu'il m'a faite m'ont finalement décidé à rester. Je m'en félicite aujourd'hui. » Ayant obtenu ce qu'il était venu chercher à Auch, du temps de jeu, Maxime Eberland severrait bien poursuivre l'aventure : « Peu importe la division, des saisons comme celle-là, on a envie d'y regoûter. La dynamique est bonne, la concurrence saine. »

Avec son sommelier, le FCAG pourrait bien concocter un très bon millésime.

 

Interviews de FCAG Vs SA Mauléon

Instantan - 27 Instantan - 28Instantan - 26

XV - Championnat de France de Fédérale 1 - 13 ème journée. Clique sur la photo

Interviews de Jérémy BOYADJIS & Roland PUJO (par Damien DUFFAU Hit-FM32 & Jean-Marc CRESPO COOLDIRECT)
FC Auch Vs  SA Mauléon - Le 17 janvier 2015 à Auch.

«Auch sans partage»

 FCAG-SAM362

«Auch sans partage» - D.B.-S -  La Dépêche

Le résumé
Une semaine après s'être imposé face à Oloron, Auch se méfiait énormément de cette équipe de Mauléon qui n'avait absolument rien à perdre au Moulias. De plus, n'importe quelle équipe sportive le sait : enchaîner deux succès de suite à domicile n'est jamais chose aisée. Après une demi-heure de prise en main, les Doubrère and co vont éclabousser puis écraser cette équipe basque qui aura, elle, le mérite de ne jamais baisser les bras. Au final, huit essais gersois et le sentiment d'avoir assisté à un cavalier seul collectif. 2014 parait déjà loin…
 
Le fait du match
La passe au pied. Après plusieurs temps de jeu non récompensés, Matthew Ford verra juste à l'extérieur en adressant une passe au pied à son capitaine Frédéric Medvès pour le premier essai gascon (9e). Disons-le de suite, la transmission ne sera pas un modèle du genre mais aura le mérite d'arriver à bon port. Bis repetita à la 64e pour Griffoul ce coup-ci mais le score aidant, la passe sera ce coup-ci millimétré. Coup de pied de décalage, passes après contact : ce FCAG-là aura tout fait à des Mauléonais réduits à l'exercice défensif. A l'aller, les Gersois avaient manqué le bonus offensif en toute fin de rencontre (13-30). Rancuniers les Auscitains ?
 
L'homme du match
Même si le feu follet Kunro Kalo a impressionné avec ses deux essais, on notera la superbe prestation de Maxime Eberland. C'est lui qui après contact enverra Lacroix en terre promise (47e). Altruiste puis acrobate sur ce numéro de funambule à proximité de la ligne de touche. Il résistera à deux placages pour filer marquer son essai personnel amplement mérité. Efficace offensivement et suppléé merveilleusement défensivement par Paul Pimienta qui jouera le dernier rempart en fin de match pour tacler en touche un ballon chaud de Mauléon. Il était dit que les ailes ne seraient pas la panacée basque.
 
La phrase
«Aix s'appuie sur quelques individualités pour faire la différence et là j'ai eu l'impression que c'étaient tous les joueurs du collectif qui étaient capables de gagner des un contre un. Difficile d'endiguer cette déferlante de qualité» Yannick Vignette, coach du SAM, n'y est pas allé par quatre chemins pour vanter les mérites de cette équipe auscitaine. A noter la petite comparaison avec le leader aixois et ses individualités. Et si la meilleure réponse aux gros budgets de Fédérale 1 était ce collectif ? On ne peut alors que souhaiter que la partition jouée en ce 16 janvier soit une bande-annonce de la suite et des échéances printanières à venir.
 
 
 
Et maintenant
 
Samedi soir, avec la victoire bonifiée, Auch compte désormais dix points d'avance sur la troisième place. Pour le FCAG, le week-end prochain sera de repos mais le retour sur le pré se fera à Blagnac, samedi 30 à 16 h 30 pour une journée partenaire du club haut-garonnais synonyme de tournant dans sa saison. Le défi est lancé mais les joueurs de Roland Pujo ne demandent qu'une chose, c'est de relever celui-ci.

 

 

Auch 54 - Mauleon 6

MT : 19-6; 1.225 spectateurs; arbitre : M. Schneider (Argentine).

Vainqueurs : 8 E Medves (9) Doubrere (29) Pimienta (36) Kalo (42, 80) Lacroix (47) Eberland (58) Griffoul (64), 7 T Griffoul (30, 37, 43, 48, 59, 65, 80)

Vaincus : 1 P Juhan (20), 1 D Juhan (34)

Evolution du score : 5-0, 5-3, 12-3, 12-6, 19-6 (MT), 26-6, 33-6, 40-6, 47-6, 54-6

FC AUCH GERS : Griffoul ; Eberland (Kitutu 65), Thierry (Andre 50), Kalo, Pimienta (o) Ford (m) Doubrere (Verdier 73) ; Touton, Dastugue (Rodes 53), Medves (cap) ; Blondin (Arif 65), Lacroix ; Boyadjis (Moretto 63), Hollet (Esteriola 58), Abadie (Sicaud 40)

Exclu. tempo. : Doubrère (63, antijeu), Arif (73, brutalité)

MAULEON : Laplace Claverie (Landarabilco 39) ; Garicoix, Guiresse, Achigar, Guerin (o) Juhan (Claverie 44) (m) Loustaunau (Descazeaux 33) ; Orabé, Cazobon (cap), Goyheneix ; Sallaberemborde (Dunate 50), Dartigues (Beguerie 72) ; Chabannes, Bellocq (Cortal 55), Raffault (Goyheneche 39).

Exclu. Tempo : Cazobon (55, brutalité), Claverie (63, antijeu), Dunate (73, brutalité)

La note du match : 12/20. L'homme du match : Maxime Eberland (Auch)

Auch a de la reprise

 FCAG MAULEON 17-01-2015-082

Matthew Ford a bien mené les débats.

«Auch a de la reprise» Louis Laurent DUSSEL -  La Dépêche

C'est après une Marseillaise spontanée, succédant à la minute de silence de circonstance eu égard à la vague d'attentats qui a endeuillé le pays, que M. Desvaux a donné le coup d'envoi de la reprise du championnat de France de ProD2, hier soir, au stade Fouroux.

D'entrée, le FCAG se fait surprendre par la formation béarnaise, Tauzin prenant l'intervalle pour inscrire le premier essai de la rencontre en bonne position, afin de permettre à Labaige de passer la transformation et de propulser le FCO en tête (0-7, 4e). De quoi piquer l'orgueil des Gascons qui réagissent et réduisent l'écart par la botte de Griffoul (3-7, 18e), avant que l'arrière auscitain ne se trouve à la conclusion d'un grand mouvement au large permettant à ses couleurs de prendre les commandes, le numéro 15 gersois se chargeant lui-même de bonifier sa réalisation (10-7, 23e).

L'action met en pratique la volonté annoncée d'insister sur la vitesse pour affoler le compteur. Néanmoins, il faut encore s'en remettre à la botte de Griffoul pour que le FCAG rejoigne les vestiaires à a la pause avec six points d'avance (13-7).

Dès la reprise les intentions locales ne se démentent pas, mais la défense oloronaise reste vigilante. Les visiteurs se permettent même de bousculer leurs opposants , ce qui permet à Labaige de faire recoller sa formation sur pénalité (13-10, 61e). Le stade Fouroux pousse derrière les siens, Griffoul le satisfait en ajustant la mire (16-10, 66e), mais la différence définitive n'est toujours pas faite . Il faut attendre la 74e minute pour que Kalo passe la ligne en vainqueur après un pilonnage en règle. Les Béarnais ont beau protester en stigmatisant un double en avant gersois, M. Desvaux accorde l'essai, et comme Griffoul reste intraitable , le FCAG se donne enfin de l'air (23-10, 74e).

Oloron a beau revenir à une minute de la fin par Fourtine, qui se joue d'une série de placages manqués, Labaige galvaude la transformation, ce qui interdit à ses coéquipiers de repartir avec le bonus défensif , M. Desvaux mettant fin aux débats en entérinant un score 23 à 15 en faveur du FCAG, qui conforte ainsi sa deuxième place.

AUCH 23 - OLORON 15
MT 13-7. 1800 spectateurs, arbitre : M. Desvaux (Normandie).

Vainqueurs : 2 E Griffoul (23), Kalo (74), 2 T (23, 74), 3 P (18, 40, 66) Griffoul

Vaincus : 2 E Tauzin (4), Fourtine (79), 1 T (4) , 1 P (61) Labaige

Evolution du score : 0-7, 3-7, 10-7, 13-7, 13-10, 16-10, 23-10, 23-15

AUCH : Griffoul ; Kalo, Kitutu (Gaillard, 79), André, Pimienta (Eberland, 76) (o) Ford (m) Verdié (Hueber, 80) ; Medvès (cap.), Dastugue, Naïkadawa (Touton, 69); Blondin (Jaillard, 56), Arif (Boyadjis, 71) ; Abadie, Estériola (Hollet, 59), Rocca (Moretto 34, Rocca 79).

Buteur : Griffoul (3/3, P, 2/2 T)

OLORON : Claverie (Etchegoyen, 48); Fourtine, Chantereau (Etchegoyen 17, Chantereau 32), Dies (Dubosq, 71), Pouyenne (o) Labaiges, (m) Bugat; Tauzin, Martres (Lacave, 52), Qintana (Chabat, 52);Mazieres (Sestia, 56), Casassus; Penigaud (Tomuli, 68), Vitalla (Amans, 61), Berhabe.

Labaige (1 / 2 P, 1 / 2 T)

La note du match : 11/20

L'homme du match : Léo Griffoul (Auch).

Ils ont dit

Roland Pujo (manager du FCAG) : «C'était un match de reprise, il fallait s'attendre à des imperfections. L'équipe d'Oloron qui jusqu'à présent ne s'était pas souvent montrée performante à l'extérieur était venue avec l'intention de jeter son poison chez nous. D'entrée on est parti avec un handicap en encaissant cet essai rapidement. mais ensuite on a dominé pour mener 13 à 7 à la pause. C'est dommage qu'on ne se soit pas plus facilité le match en deuxième mi-temps. Néanmoins il y a de la satisfaction sur le plan offensif, quand on a réussi à mettre de la vitesse. Maintenant il faut travailler sur nos trous d'air et notre manque de lucidité, comme lorsqu'on se fait remonter rapidement après avoir mené 20-10. Il va falloir travailler sur le plan défensif.

A l'arrivé on fait une bonne opération au classement en mettant Oloron à sept points. Mais il ne faudra pas mésestimer Mauléon, qui vient chez nous samedi prochain. Cette équipe aussi viendra ici pour jeter son poison.

Léo Griffoul (arrière du FCAG) : «Le plus important c'était la victoire. On l'a fait malgré dix premières minutes pas terribles. Cela dit, le fait d'encaisser cet essai a peut être était un mal pour un bien. Comme c'était un match de reprise le jeu était un peu brouillon mais on a su se montrer solidaire dans les moments difficiles. Désormais il va falloir enchaîner avec Mauléon et arriver à se montrer performant à l'extérieur pour bien préparer les phases finales.

Recueilli par L.-L. D.

Léo Griffoul, le baromètre auscitain

 FCAG-SAM243

Léo Griffoul a remis les Auscitains à l’endroit.

«Léo Griffoul, le baromètre auscitain» Fabien JANS -  Sud-Ouest

 Auteur de 18 points samedi soir, Léo Griffoul s'impose comme le baromètre du FC Auch-Gers. Inattentif sur l'essai d'Oloron, l'arrière a ensuite pesé sur la rencontre, des deux côtés du terrain.

S'intercalant régulièrement dans la ligne au support d'un Kunro Kalo lui aussi brillant face aux Béarnais, il a logiquement inscrit l'essai permettant de concrétiser une grosse période de domination auscitaine. D'une assurance sans faille dans le jeu au pied, il est l'illustration d'une ligne de trois-quarts très inspirés, évoluant à un rythme trop élevé pour des Oloronais souvent dépassés par la vitesse de leurs adversaires : « C'était un match de reprise, analyse l'arrière. Les dix premières minutes ont été un très compliquées. Nous avons su relever la tête même si des fautes un peu bêtes nous ont empêcher de rentrer au vestiaire avec un écart plus conséquent. Au final, il n'y a que la victoire qui est importante. Nous sommes restés soudés face à un très bon adversaire. Nous ne nous sommes pas éparpillés.»
La cohésion affiché par cette équipe auscitaine est bel et bien à l'origine d'un succès mérité. Une victoire sur laquelle Léo Griffoul ne veut pourtant pas s'attarder, pas plus que sur son rôle déterminant: «A nous de bien négocier la venue de Mauléon et surtout, d'être plus efficaces à l'extérieur.»

Dans le bon rythme

 BLAGNAC FCAG 31-01-2015-067BLAGNAC FCAG 31-01-2015-096

Matthew Ford à la baguette, Kunro Kalo n’était jamais bien loin.

«Dans le bon rythme» Fabien JANS -  Sud-Ouest

Malgré un retard à l’allumage, les Auscitains ont montré de bonnes dispositions offensives, samedi soir, face à des Béarnais arc-boutés, qui ont longtemps plié sans rompre.

Les joueurs du FC Auch-Gers sont arrivés en retard pour 2015. Peut-être encore les jambes engourdies par les fêtes, sans doute encore sous le coup de l'émotion après l'impressionnant hommage rendu aux victimes des attentats de Paris (lire ci-dessous).

Reste qu'Oloron ne s'est pas fait prier pour prendre les devants. Une erreur défensive auscitaine, le flair de Tauzin et le FCAG se mettait déjà en position délicate. Ce sera, avec le relâchement coupable des trois dernières minutes, la seule véritable fausse note d'un match de reprise dominé par les Gersois, maîtrisé même durant le reste de la première période qui aurait dû les voir inscrire au moins un essai supplémentaire.

Mais les maux restent pour l'instant les mêmes qu'en 2014 : « Nous avons toujours des problèmes de finition, acquiesce le manager auscitain Roland Pujo. Ce sont des défauts de jeunesse. Nous allons continuer à travailler. »

Pimienta, première réussie

Et voir les retours annoncés de Brice Salobert et Anthony Lagardère, en février, puis Paul Guffroy en mars, comme d'excellentes nouvelles, eux qui seront appelés à encadrer cette jeunesse talentueuse. Car il est là, l'espoir. Samedi, le FC Auch-Gers : « Ce soir (samedi) on fait encore rentrer deux jeunes de 19 ans, souligne Éric Escribano. Notre réservoir est important. »

Premier concerné, Paul Pimienta a largement rétribué ses entraîneurs de la confiance placée en lui. Auteur d'une rencontre complète, dans la majorité des bons coups, le trois-quarts aile a néanmoins lui aussi péché par excès de précipitation.

Les phases au sol ont également été l'un des points noirs de ce match, mais ce n'est pas nouveau Et le seul défaut que l'on pourrait attribuer aux Auscitains en la matière, serait une certaine naïveté : « A ce niveau-là, on est un peu tributaire de l'arbitrage, explique sans se plaindre Roland Pujo. Le plaqueur qui ne s'écarte pas assez vite, les gratteurs à la limite du hors-jeu, cela retarde les libérations et ralenti le jeu. Peut-être que nous devrons jouer davantage debout à l'avenir. Il faudra, de toute façon, nous adapter. »

La mêlée, enfin, a donné quelques signes inquiétants. La deuxième ligne Arif-Blondin, alignée pour la première fois et « en manque de repères », dixit Roland Pujo peut expliquer cette relative faiblesse. Mais c'est plutôt chez l'adversaire, « qui présente sans doute la meilleure mêlée de la poule avec celle d'Aix », selon Éric Escribano, que l'explication est à chercher. Un adversaire qui, malgré une certaine mainmise auscitaine sur la rencontre, a joué crânement sa chance et aurait mérité de ramener le bonus défensif. Il y avait de la frustration dans les vestiaires, après le match, mais également beaucoup de lucidité de la part du capitaine Stephan Vitalla : « Nous étions venus retrouver un état d'esprit conquérant, surtout pour nos matchs à l'extérieur que nous n'avions pas bien négocié jusqu'alors. La frustration par rapport au bonus, elle est là bien sûr. Mais si pour un tel match, au stade Jacques-Fouroux, alors que nous n'avons repris l'entraînement que depuis une semaine et demie, je pense que j'aurais signé tout de suite. »

Maintenant, Mauléon

Si vous souhaitez vous inscrire sur internet, vous pouvez le faire
en cliquant sur ce lien et en remplissant le formulaire en ligne : 

 

Stage photo

Site Login