LOTO GEANT DU 28 DECEMBRE, je clique !
 
Soirée Cabaret du 10 janvier 2015, je clique !
   FCAG       Le samedi 10 janvier 2015 au Stade Jacques FOUROUX

Championnat de France Fédérale 1- J 12

FC Auch Gers Vs FC Oloron à 18h30

Nationale B à 16h00
Prochaine journée J12 : J11 

 

logo fcoloron 

 
  logosite   
Avenir Valencien 12 - 9 FCAG
Auch : 3 P Griffoul ( 11e, 35e, 43e)
Valence : 4 P Lacombe ( 7e, 32e, 67e, 78e)
 La Nationale B s'incline 10-14 contre l'AV
Tous les résultats de la 11éme journée : Féd1 - NatB
  FCAG  

 

Bandrockpart1415 copie 

 

 

 

FCAG

Les bureaux du club sont désormais au rez-de-

-chaussée, et non plus à l’étage.

36, rue des Canaris - BP 50008  - 32001 AUCH CEDEX

 

  • LOTO GEANT

  • Soirée CABARET !

  • Prochain match Prochaine journée 12

  • Dernier résultat J11

  • Partenaires Officiels

  • Info Pratique

Valence d'Agen Vs FC Auch Gers J11

Vidéos FCAG

Interview d'Eric ESCRIBANO par Thomas MIRADE HIT FM32

Instantan - 24 Instantan -026

XV - Championnat de France de Fédérale 1, Clique sur la photo

Interview d'Eric ESCRIBANO & Jorick Dastugue par Thomas MIRADE HIT FM32 (par Thomas MIRADE HIT FM32)
FC Auch Avenir Valencien Vs  FC Auch Gers - Le 14 décembre 2014 à Valence d'Agen.

Résultats week-end et programme de janvier 2015

  DSC5817-001

Les matchs du week-end 13 & 14 décembre pour le FC Auch Gers,
Samedi 13 :
ECOLE DE RUGBY tournoi Groupama minimes (4 équipes) à l'hippodrome
ECOLE DE RUGBY tournoi à Samatan minimes II et benjamins (1 équipe)
 
FEMININES -18 en stage 14h00 à 18h00 au Bourrec
CADETS ALAMERCERY : BRIVE 29 - FCAG 7Championnat

GAUDERMEN : BRIVE 45 FCAG 0

CRABOS vainqueurs  10 à 8 contre et/à DAX - Championnat

Dimanche 14 :
Fédérale 1 défaite sur le fil 12 - 9 et Nationale  B perd sur le final 14-10 à Valence d'Agen - Championnat
FEMININES +18  dominent  Menditte 17 à 0 - Championnat

Programme des rencontres pour le mois de janvier 2015 :

Le samedi 17 ou dimanche 18 contre Périgueux à 15h au Bourrec
Cadets : le dimanche 11 janvier contre Bayonne à 15h à l'hippodrome ( Bayonne refuse de jouer le samedi )

Le samedi 17 ou le dimanche 18 contre Castres au Bourrec ou à l'hippodrome

Crabos : le dimanche 4 janvier contre Nantes à 14h au Bourrec

Le dimanche 11 janvier contre Brive à 15h au Bourrec

Bonnes fêtes !

Le compte n’y est pas

 DSC 7200

Les Auscitains possèdent le septième bilan toutes poules confondues.

«Le compte n’y est pas» Kevin leroy - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Après onze journées, le championnat de Fédérale 1 marque une trêve d'un mois ou presque. C'est long, pas forcément l'idéal pour la lisibilité de la compétition et le travail des entraîneurs, mais finalement cette coupure tombe à pic pour des Auscitains en perte de vitesse depuis un mois et demi.

Invaincus lors des six premières journées, les partenaires de Frédéric Medvès viennent de subir trois défaites lors des cinq derniers matchs. Après Aix et Agde, c'est donc Valence d'Agen dimanche qui a pris un malin plaisir à gâcher les vacances gersoises. « On a retrouvé des symptômes que l'on connaît par moments, regrette Roland Pujo. On a manqué d'efficacité alors que l'on se crée deux ou trois occasions franches par mi-temps. On ne marque pas cet essai qui permettrait de faire le break et obligerait l'adversaire à se découvrir, puis on finit par se faire piéger. »

Pétillant en début de saison, le FCAG fait beaucoup moins d'étincelles depuis quelques semaines. Les explications ne manquent pas. Avec les blessures, le pack auscitain est privé d'une grande partie de sa force de frappe et ne domine plus vraiment ses adversaires. « À part celles du bas de tableau, on voit que l'on n'a pas de marge sur les autres équipes, on ne les domine pas outrageusement physiquement », constate le manager auscitain.

L'arrivée de conditions météo difficiles n'arrange pas non plus les desseins de cette jeune équipe gersoise, jamais aussi efficace que quand elle peut mettre en place son jeu de mouvement. Cantonnée dans un jeu restrictif, elle peine à trouver les solutions, d'autant que la moitié des joueurs censés amener leur expérience sont à l'infirmerie (Guffroy, Salobert, Lagardère).

« Il faut être patient »

Au final le bilan de cette première partie de saison est forcément mitigé, les belles promesses de l'été s'effaçant peu à peu… « C'est frustrant, parce qu'il ne nous manque pas grand-chose pour faire basculer du bon côté les matchs que l'on perd, souffle Roland Pujo. Ce petit pourcentage à améliorer est toujours le plus difficile mais pour moi le bilan est positif. Il ne faut pas oublier d'où on vient.

« Après la descente on est repartis en s'appuyant sur notre centre de formation, avec peu de joueurs aguerris à la Pro D2. Il faut être conscient de nos forces et de nos limites, il faut accepter que nos jeunes puissent se tromper. Il faut être patient et ne pas s'affoler : on a encore quatre mois de travail devant nous, on va récupérer des blessés et de la fraîcheur », souligne le manager du FCAG.

Conserver ce groupe

Au terme d'une année marquée par la descente de Pro D2, il n'y a en effet pas péril en la demeure auscitaine. La qualification ne fait pas vraiment de doute et Auch aura bien le droit de tenter sa chance à la loterie des phases finales. Sauf que la probabilité de décrocher le gros lot et la montée en Pro D2 semble bien mince.

Ce que le FCAG a proposé sur cette première partie de saison est insuffisant, comme en témoigne son bilan de septième club national toutes poules confondues. Des formations comme Aix, Nevers (toujours invaincues), voire Aubenas ou Bourg évoluent clairement un cran au-dessus. « Pour l'instant on est en dessous, mais on va progresser. Est-ce que ce sera suffisant ? Je n'ai pas de boule de cristal pour le dire », répond Roland Pujo. Le manager auscitain considère toutefois aujourd'hui que « la montée serait un exploit », et semble déjà se projeter vers la saison prochaine. Il rencontrera d'ailleurs ses dirigeants pendant la trêve pour évoquer l'avenir. « Au niveau sportif on doit bosser, mais le club doit aussi se mettre au travail . On doit se pencher tôt sur la suite : on a un socle intéressant, il faut tout faire pour conserver ce groupe et faire en sorte de l'améliorer. »

Grâce à la qualité de sa formation, le FCAG a globalement réussi à digérer sa descente de Pro D2. Reste maintenant à assembler le deuxième étage de la fusée. Ce ne sera pas la mission la plus facile.

Valence d'Agen crucifie le FCAG

 AV-FCAG-685

Valence d'Agen crucifie le FCAG - La Dépêche

Incontestablement la rencontre d'hier après-midi était très importante pour les Valenciens. Pour prétendre rester dans le tableau du haut de classement aucun faux pas à domicile n'était permis. D'un autre côté on savait également que les Gersois n'allaient pas venir en touristes sur la pelouse du stade Baylet. Dès le coup d'envoi cela allait se confirmer et à la 4e minute alors qu'on sentait les deux équipes très tendues, un petit accrochage obligea M. Rozier, l'arbitre de la rencontre, à distribuer un carton jaune de chaque côté. Cela calma les esprits ce qui permit au jeu de prendre forme.

Dans un premier temps, les deux lignes d'avants s'affrontaient dans le but de faire plier leur rivale. Cela paraissait tout à fait louable et les ex-sociétaires de la pro D2 proposèrent du jeu, mais en face il y avait une défense redoutable, bien organisée, et pas questions lâcher le morceau. En conquête, la mêlée fut un peu plus l'avantage des visiteurs alors que dans l'alignement les équipiers de Nicolas Deltour furent plus performants en confisquant quatre ballons sur lancer “rouge”.

Le score fut réalisé par les deux buteurs, Lacombe du côté valencien et Griffoul chez les Gersois.

Au repos le score était de 6 à 6, tout restait à faire pour l'un comme pour l'autre.

Dès la reprise les Gersois se sont rués à l'assaut des buts valenciens à grands coups de “Pick and go” d'attaque à droite et à gauche, mais, chez les locaux, on avait mis les barbelés, on se multipliait en défense jusqu'au moment où le rythme gersois allait baisser pour le plus grand bonheur des Valenciens qui allaient croire en la victoire.

Le score avait légèrement enflé de trois points de chaque côté, mais personne n'avait franchi la ligne de but adverse.

Puis, les vingt dernières minutes allaient être valenciennes . Guillaume Dulay, le grand animateur de l'après-midi, ne semblait pas accuser ces longues semaines sans jouer tant il ne tenait pas en place , et était toujours prêt à prendre le moindre trou . Alors qu'on arrivait à la fin du temps réglementaire une faute était sifflée contre le FCAG, et, complètement en coin, des 35 mètres, Julien Lacombe ,qui avait vu durant la partie le ballon repoussé à deux reprises par le poteau, réussissait la pénalité de la gagne . celle qui crucifiait le FC Auch Gers.

Valence d'Agen 12 -  Auch 9
MT : 6 à 6 . Arbitre : Mr Rozier (Auvergne)

Vainqueurs : 4 P Lacombe (7e, 32e, 67e, 78e)

Vaincus : 3 P Griffoul (11e, 35e, 43e)

Avenir valencien : Bouquet, Fresneda, Vives( Tressens 42e), Ancelin, Boropert , (o) Lacombe, (m) Dulay( Fournier 80e), Gorcioaia, Gorry( Anania 48e), Thuery, Mazet( Solans 62e), Deltour, Lebrequier ( Bousignac 67e),Gaston( Maisuradze 48e), Ben Amor( Mensan 48e) . Cartons jaunes : Gaston ( 40e), Maisuradze ( 53e)

FC Auch Gers : Griffoul, Kalo, Thierry (Dupouy 46e), André, Kitutu (o) Ford (m) Verdié (Doubrere 70e), Naïkadawa (Touton 57e), Dastugue, Medvès (cap), Arif, Lacroix, Moretto (Rocca 62e), Estériola (Hollet 54e), Abadie (Sicaud 62e).

Cartons jaunes : Lacroix (40e), Kitutu (23e)

 

Interviews de Roland PUJO & Matthew FORD (par Damien DUFFAU

Instantan - 22 Instantan - 23

XV - Championnat de France de Fédérale 1, Clique sur la photo

Interviews de Roland PUJO & Matthew FORD (par Damien DUFFAU HIT-FM 32  & Kévin LEROY Sud-Ouest) - FC Auch Gers Vs CA Lannemezan - Le 6 décembre 2014 à Auch.

En attendant le match du week-end 2

VALENCE DAGEN FCAG 14-12-2014-008 

« J’avais l’impression de ne pas avoir pu montrer le joueur que je suis. »

Le pied dans la porte

A seulement vingt ans, le Nogarolien est l’une des révélations du début de saison.

Publié le 13/12/2014 à 06h00 par Kevin leroy. Lire dans : « Sud Ouest »

Jorick Dastugue a profité de la mise au repos de Naikadawa pour s’imposer en numéro 8, où il enchaîne les prestations épatantes après avoir craint de ne jamais avoir sa chance.

Ca doit être les cheveux longs. Une sorte d'effet Chabal à l'échelle auscitaine. Toujours est-il qu'on a parfois l'impression qu'il y a deux Dastugue sur le terrain côté gersois. Au près pour gagner de précieux mètres, au large pour faire vivre ou conclure les actions : le troisième ligne hyperactif est partout ces derniers temps.
« C'est aussi son poste et son jeu qui veut ça, c'est plus spectaculaire que certains qui font le travail de l'ombre », note Roland Pujo, comme pour calmer l'euphorie autour de son jeune joueur. Certes, numéro 8 est un poste qui permet de se mettre en valeur. Mais c'est aussi une responsabilité qui peut vite se retourner contre vous si vous n'êtes pas à la hauteur. Or ce n'est pas un hasard si le membre du centre de formation n'a plus lâché ce maillot depuis qu'il a suppléé Naikadawa, laissé sur le banc pour souffler lors de la sixième journée à Bagnères.
À son retour le Fidjien a dû glisser sur l'aile de la troisième ligne, là où Jorick Dastugue était surtout utilisé en début de saison comme en Espoirs l'an dernier.
« Mais je ne suis pas étonné par ce qu'il réalise. Je connaissais ses qualités, c'est quelqu'un qui sent le jeu, de très fort dans les duels offensifs », détaille le manager auscitain, qui était son entraîneur en Espoirs.

« J'ai eu peur »
Avec lui le troisième ligne a conquis le titre de champion de France de la catégorie, auquel il a ajouté celui de champion de France universitaire à 7. Une saison bien remplie donc, même si elle lui a laissé un goût d'inachevé.
Car le joueur formé à Miélan avait beau s'entraîner avec les professionnels toute la semaine, il n'a jamais pu fouler une pelouse de Pro D2 le week-end venu. Un constat surprenant vu ses performances actuelles et celle de l'équipe la saison dernière, même si les réticences du staff à envoyer un jeune au feu dans des circonstances difficiles sont compréhensibles. « Vu le contexte je pouvais comprendre, mais par moments j'étais très frustré », avoue-t-il aujourd'hui. Cette frustration n'a cependant pas été inutile, car elle est sûrement la source de sa bonne passe actuelle. « On me reprochait mon comportement à l'entraînement, d'être un peu trop nonchalant. Je me suis remis en question et je fais beaucoup d'efforts pour être plus concentré, plus rigoureux. »
Comme si à 22 ans, et pour sa dernière année au centre de formation, il avait pris conscience que le temps commençait à presser. « J'ai eu peur à un moment donné de rester un peu dans l'ombre, de ne jamais avoir ma chance. Ce qui se passe cette saison est ce que j'espérais, j'avais l'impression de ne pas avoir pu montrer le joueur que je suis », confie-t-il.
L'écueil a été évité et le Miélanais semble désormais bien installé au centre de la troisième ligne auscitaine. Mais une fois le temps de la surprise passé, les exigences vont forcément s'accroître autour d'un joueur encore largement perfectible.

« Il doit progresser dans les duels défensifs, mais aussi dans la concentration et le respect des schémas de jeu. Il a tendance à être cyclique », regrette Roland Pujo. « Je suis conscient d'avoir beaucoup de progrès à faire, admet l'intéressé. J'ai réussi à gagner ma place, mais le plus dur est de la garder. » Mais maintenant qu'il a mis un pied dans la porte, quelque chose nous dit qu'il sera difficile de le déloger.

 

Le FCAG s'offre un cadeau bonus

 DSC 7782

Le FCAG s'offre un cadeau bonus - La Dépêche

Pas d'électrochoc pour le Cercle athlétique lannemezanais dont le changement d'entraîneurs n'empêche pas le FC Auch Gers de faire cavalier seul sur la pelouse du stade Jacques Fouroux, tout en empochant le premier bonus offensif de la saison.

Contrairement à leurs habitudes les Auscitains mettent d'entrée la pression au pied. Le CAL a beau répliquer en confisquant la première pénaltouche gersoise, la mêlée locale impose sa loi sur deux introductions visiteuses. A l'arrivée, c'est Griffoul, intercalé, qui se joue de deux plaquages pour inscrire le premier essai du match avant de le transformer lui-même (7e).
Début de rencontre cauchemardesque pour les Bigourdans, mis sous pression par un quinze auscitain déchaîné. D'autant plus que le CAL se retrouve vite réduit à quatorze après la sortie temporaire de Quintana (11e), ce qui permet à Griffoul, d'ajouter, au passage, trois points supplémentaires pour les siens (10-0, 12e).
Rien ne tourne en faveur des partenaires de Malaret, surpris par le rebond à la suite d'une passe au pied de Ford, qui offre à Dastugue un deuxième essai entre les poteaux et une transformation toute faite (17-0, 19e).
La marée rouge continue de submerger des Lannemezanais de nouveau dépassés sur une attaque au grand large ponctuée par une majestueuse passe sautée de Kalo pour Eberland, qui fait entrer le FCAG dans le bonus, tandis que Griffoul poursuit son œuvre au pied (24-0, 25e).

Rien en va plus pour le CAL qui perd Hernandez sur blessure (36e) et doit rejoindre les vestiaires avec un passif rédhibitoire, malgré les trois points inscrits juste avant la pause par Dasque, sur une pénalité décochée de 49 mètres.
A la reprise, les Lannemezanais ont beau se montrer plus saignants à l'impact, Griffoul est intraitable (27-3, 47e).

L'emprise auscitaine ne se dément pas. Le FCAG insiste dans la forge et Naïkadawa finit derrière la ligne avec toute la famille sur le dos. Griffoul ne faiblit pas (34-3, 60e). Le contre de Dubarry reste sans effet (75e). Le FCAG termine en roue libre tandis que les efforts du CAL, en toute fin de match, restent infructueux.
Les Bigourdans doivent repartir sur le plateau avec une grosse bosse sur la tête tandis que les Auscitains peuvent se réconcilier avec leur public, frustré lors du match face à Graulhet, mais qui ont, cette fois-ci, assisté à une belle victoire et à un spectacle au rendez-vous, ponctué par un essai de 80 mètres conclu par Mickaël Lacroix dans les ultimes secondes.

Auch 39 - Lannemezan 3
MT : 24-3. 2200 spectateurs. Arbitre : Me. Bigaran (Pyrénées).
Vainqueurs : 5 E Griffoul (7), Dastugue (19), Eberland (25), Naïkadawa (60), Lacroix (80) ; 4 T (7, 19, 25, 60); 2 P (12, 47) Griffoul.
Vaincus : 1 P (40) Dasque.

Evolution du score : 7-0, 10-0, 17-0, 24-0, 24-3; 27-3, 34-3, 39-3.

AUCH : Griffoul ; Kalo, N. Thierry, André (Dupouy, 67) , Eberland (Kitutu, 55) (o) Ford (m) G. Doubrère (Verdié, 61) ; Medvès (cap.), Dastugue (T. Thierry, 72), Naïkadawa, ; Arif ( Boyadjis 61) , Lacroix ; Sicaud (Moretto, 41), Estériola (Hollet, 59), Abadie ( Rocca, 59).
Buteur : Griffoul (2/2 P, 4/5 T)

LANNEMEZAN : Dasque, Quintana (Rossignol, 69), Lacrampe, Dubarry, Cazenave (o) Hernandez (Laffitte, 36) (m) Cieutat (Touzane, 71); Malaret, Lin, Plo (Seite, 65); Daste, Trotta; Echerbault (Rixens, 59), Pujo ( Ducasse, 59), Gabarre (Azpiroz, 71).
Carton jaune : Quintana (11, antijeu)

Buteur : Dasque (1/1 P)
La note du match : 14/20

L' hommes du match : Jorick Dastugue (Auch)

Estériola, talonneur d'Auch : «On voulait prouver quelque chose»

Julien Sarraute, entraîneur d'Auch : «La satisfaction c'est d'avoir su chercher le bonus offensif. Cela vient récompenser le fuit du travail de ce groupe qui est jeune et qui a besoin de gagner en expérience. C'est bon pour le capital confiance ce groupe après une très mauvaise prestation face à Graulhet. Les sifflets ont fait très mal même s'ils sont été justifiés contre Graulhet. Même si ce soir il y a eu le bonus offensif, il y a eu encore du déchet : on a échappé trop de ballons, on a laissé trop de munitions. Les vingt premières minutes ont été excellentes car on a su faire de réalisme et ça, c'est intéressant. Puis, petit à petit, on a commencé à être approximatif dans les lancements de jeu. C'est un mal récurrent et on doit vraiment arriver à mettre plus d'application là-dedans, car dans d'autres circonstances ce sera plus délicat.
Que le capital confiance continue d'être optimisé et on va continuer de travailler car ce soir on n'est quand même pas champion du monde. Il y a eu des choses très intéressantes mais il reste du travail»

Matthew Ford, ouvreur d'Auch : «Depuis le début de la saison, on disait que quand on met le volume de jeu et les ingrédients on arrive à marquer. On n'avait pas réussi à prendre encore le bonus même si on a failli à Mauléon. Là pour reprendre confiance en nous et pour marquer le classement, il fallait prendre les cinq points. Je me suis focalisé sur la lecture en essayant d'anticiper. Nos avants ont avancé et les ont consommés du coup derrière ils étaient moins bien organisés et les trous étaient plus apparents».
Clément Esteriola, talonneur Auch : «On attendait ce bonus offensif depuis longtemps. Sur ces matchs à la maison, on ne passait pas à côté car il y avait des victoires mais on voulait vraiment prouver quelque chose à notre public après Graulhet. Les sifflets nous ont fait mal et j'espère qu'on s'est rattrapé aujourd'hui de la meilleure des façons même si tout n'était pas parfait. J'avais l'impression que le Moulias, tout le monde avait peur d'y jouer, pourtant, c'est là où on doit prendre plus de plaisir, contrairement à l'extérieur. J'espère que par la suite, on va réussir à reproduire ce genre de victoire mais en mieux.

 

La ville pousse derrière le FCAG

FcagLogo PHOTO VISIBLE DANS La Dépêche du Midi

Cathy Bégué entourée de Bruno Gilardi, Charly Garrigos, et Patrick Canovas, remettra des autocollants aux adhérents de l'opération./Photo DDM, S. L.

La ville pousse derrière le FCAG 

Tous au soutien du FCAG ! Une opération visant les commerçants du centre-ville sera lancée la semaine prochaine par le club de rugby de la ville d'Auch et du Gers pour «fédérer un maximum de monde autour du projet» des rouge et blanc, dixit Charly Garrigos, le président de l'association du FCAG. L'idée, c'est de proposer une formule de partenariat avec le club, exonérée d'impôts, qui sera donnant-donnant. Moyennant une participation financière, la dynamique commerciale qu'est Cathy Bégué proposera de figurer dans un annuaire des partenaires édité trois fois par an et distribué aux 2 000 spectateurs qui viennent en moyenne à chaque match. Une sacrée fenêtre de publicité. Avec l'appui de Bruno Gilardi, président de l'association des commerçants et artisans d'Auch, et de Patrick Canovas, directeur de la radio locale Hit FM, Charly Garrigos espère voir tout le centre-ville pousser derrière le club. «Il y a un véritable engouement populaire derrière le FCAG et cette opération permet aussi aux petits commerçants de devenir partenaires», note Patrick Canovas.

A noter : le loto du club sera organisé le 28 décembre au Mouzon, à 14 h 30.          La Dépêche du Midi

Relancer la machine !

 DSC 6622

Première titularisation pour Verdier à la mêlée.

Relancer la machine ! Par Kévin LEROY Sud-Ouest

On l'a presque oublié, mais le FCAG a subi son premier coup d'arrêt de la saison il y a trois semaines face à Aix-en-Provence. Cette défaite à domicile a permis aux Provençaux de s'échapper en tête et condamne quasiment les Auscitains à la deuxième place. Enfin, à condition de continuer à faire le boulot contre les autres équipes de la poule et de relancer la machine dès demain à Agde, une équipe capable du meilleur (succès à Lannemezan) comme du pire (trente points encaissés à domicile contre Valence d'Agen) depuis le début de la saison. « Après trois semaines de coupure ils ont pu récupérer physiquement et voudront marquer leur territoire à domicile, on sait où on met les pieds, mais on se doit de réagir après notre défaite contre Aix », prévient Roland Pujo.

Le manager auscitain vise donc clairement la victoire, même s'il doit faire avec une infirmerie pleine qui l'obligera à lancer Jaillard d'entrée et à faire avec un banc particulièrement jeune, où Baptiste Doubrère et Benjamin Magnoac feront leur première apparition. « On ne se retranche pas derrière les blessés, recadre pourtant Roland Pujo. Il faut faire avec et on sera compétitifs, il n'y a pas de souci. On compte sur l'envie des nouveaux et leur détermination pour prouver qu'ils sont au niveau. »

L'inédite charnière Verdier/Ford sera notamment attendue dans le domaine de la gestion du jeu et de l'alternance, un domaine qui a fait défaut contre Aix-en-Provence. Même si l'affiche est moins prestigieuse, le FCAG se doit de poursuivre sa progression dans l'Hérault.     K. L.

Les mises au point de Courbebaisse

 

Gilles COURB

FC Auch Gers,

Les mises au point de Courbebaisse - Sud- Ouest

Le président du FC Auch Gers s'est invité devant la presse hier midi pour se livrer à quelques mises au point. Gilles Courbebaisse a notamment tenu à apporter une réponse aux critiques qui ont fleuri quant au prix des places au stade cette saison. « Certains estiment que c'est trop cher, mais par rapport à quoi ? Dans les stades où nous sommes allés cette saison l'entrée générale est à 13 euros, mais vous n'êtes pas assuré d'avoir une place en tribune, alors que nous le pesage est à 10 euros et donne accès à la tribune métallique », souligne le président auscitain, qui rappelle également que les charges qui pèsent sur le club pour l'organisation des matchs n'ont quasiment pas varié malgré la descente. « On doit payer les stadiers, les services de secours, c'est environ 12 000 euros par an… On a toujours des charges mais on n'a plus les droits télés, la billetterie n'en est que plus importante ».

Le prix des places n'avait donc que légèrement baissé par rapport à la saison dernière. Malgré tout le club « a décidé de ne pas rester sourd aux critiques » et la place en tribune marathon passera donc de 18 à 15 euros (NDLR : 20 euros en Pro D2) pour les matchs contre Blagnac, Aix, Graulhet et Lannemezan. « On fait le pari du plus grand nombre et si ça marche on le... lire la suite dans : Sud- Ouest

Site Login